Poésie concrète

Très intéressante sculpture démontant de la poésie concrète.

La sculpture Ian Hamilton Finlay à Stuttgart, 1975; le mot schiff (navire ou ship) est gravé à l’envers et ne peut être décodé que lorsqu’il est vue par réflection sur l’eau

Tout est éphémère sur la toile.

Un blogue que j’avais débuté en 2008 et qu’avec le temps oublié l’existence.
Comme il est dit : La mémoire est la faculté qui oublie. 😉
Mon dernier article du 9 septembre 2009

Facebook – Twitter – etc.. Geocities – Vive le papier.  Malgré tous les avantages de l’internet et de l’électronique, vous devez admettre que si vous désirez conserver quelques choses, alors le papier demeurera plus longtemps.

Je viens d’apprendre que «Geocities.com» fermera leur site. Pour tous ceux qui ne le savent pas, geocities était le lieu ideal pour placer son site web gratuitement sur internet.

À l’époque, avant l’ère Blog, on faisait des sitewebs. Si ma mémoire est exacte, geocities avait été acheté par YAHOO pour quelques milliards de dollards.C’était aussi l’époque avant image, où on faisait l’Art-ASCII.

Joan Stark du site ascii-art.com y avait son site depuis les débuts. À une certaine époque, c’était un «must», maintenant seulement visité par ceux qui se demande pourquoi des personnes s’attardaient à l’Art ASCII et débattaients à savoir si c’était réellement de l’art. 🙂

Dons, à partir du 26 octobre, vous retrouverez son site sur le WaybackMachine à :
http://web.archive.org/web/*/http://www.geocities.com/SoHo/7373/

Une mise en garde, si vous désirez conserver un texte, le moyen le plus sûre est de l’imprimer. Ce que vous croyez impensable, peut arriver. En voilà un autre exemple.

Oups, je vais copier le site un autre fois, pour conserver son travail. Je penses que je l’ajouterai en sous répertoire à mon site art-ascii.com. Il est en construction et j’y travaille lorsque j’ai une minute, ce qui n’est pas souvent.

Protégez-vous! Protégez-vous! Protégez-vous!

Avez-vous déjà perdu des données sur votre disque dur ?  Moi, quelquefois en 29 ans d’ordi. 🙂

En tout cas, on perdra une autre communauté bientôt. À quand Blogger ? Twitter ? Facebook ? Yahoo ? Google ? Microsoft ? Linux ?

==============

Note (2020) :
Le site ascii-art.com de Joan Stark a cessé le diriger vers ses dessins depuis déjèa quelques années.
Mon site de L’époque, art-ascii.com n’existe plus depuis plus de six années.
J’avais pris ce nom de domaine pour l’Art ASCII, mais ai décidé de continuer avec le nom de domaine initial de VotreZone.

Un mec

Tiens, une autre découverte de l’art de texte : « Un mec », 1886. Publié dans la section de poésie du numéro de Janvier de The Undergraduate, le journal de Middlebury.

Cette découverte est apparue sur TUMBLR le 21 décembre 2017

La Micrographie

La micrographie de Jacob Gordin, réalisée vers 1900.

La micrographie est comme l’Art ASCII avec les caractères juif, et elle a été inventée il y a environ 1200 ans.
Le sens étymologique du mot est formé de l’affixe d’origine grecque micro, ‘petit’, et graphe, ‘écrire

Acrostiche par Venantius Fortunatus

WOW – Intéressant ! Faire des jeux avec les mots n’est pas nouveau.


Ressemblant à des mots croisés, ce manuscrit du 9ième siècle contient un poème figure-acrostiche par le poète Venantius Fortunatus sur la rédemption de la nature humaine du péché.

L’art textuel dans les films

L’art, soit ASCII, de texte, de calligraphie, ect … se veut un art d’effet visuel utilisant le texte comme médium.

Cet art a subi des pointes d’intérêts ici et là au travers les siècles et a commencé à évoluer avec la typographie, les machines à écrire et surtout avec l’ère informatique. Au début de l’avènement des ordinateurs, ceux-ci n’avaient que du texte et rapidement, on a commencé à utiliser ce texte pour former des images. Suivit l’ère du graphique et l’art ASCII rétrograda à une réminiscence, et comme étant du passé. Cet art qui vit le jour et qui semblait disparu est toujours présent sur le web, et a subi une évolution vers le graphique, d’autres formes d’art et s’est même introduit dans les films.

Le texte rampant d’ouverture est la signature épique de tous les films numérotés de la série Guerre des étoiles (Star Wars), une franchise américaine d’opéra spatial épique créée par George Lucas. Il s’ouvre avec le texte bleu statique, « Il y a longtemps dans une galaxie lointaine, lointaine …. », suivi du logo Star Wars et du texte d’exploration, qui décrit la trame de fond et le contexte du film. C’est l’un des éléments les plus immédiatement reconnaissables de la franchise et a été fréquemment parodié.

Louverture rampante utilisée au début de chaque épisode des feuilletons originaux de Flash Gordon et de Buck Rogers ainsi que celle de « Union Pacific » de Cecil B. DeMille (1939) ont été l’inspiration pour Lucas.

Fait anodin, au début des années 70, Lucas n’ayant pu obtenir les droits pour refaire un film de Flash Gordon, décida alors de créer « La guerre des étoiles ».

Librairies et listes numériques

Pour la conservation, le papier reste une technologie plus efficace que le numérique.

Certains sites, comme Babelio et GoodReads, permettent d’organiser et de classer la bibliothèque en ligne en utilisant les données préexistantes sur les livres, cachées dans les numéros d’Intenational Standard Book Number (ISBN).

Ces listes privées permettent aussi de recenser en un seul lieu des titres papier et numériques.

Ailleurs, un groupe tente, par le truchement de « Legacy Libraries », de mettre en valeur et de recenser les bibliothèques de personnalités, du people au penseur, de Keanu Reeves à Friedrich Nietzsche, en passant par Sarah Bernhardt, Vincent Van Gogh ou Edward Gorey.

Si l’effet fait plutôt désordre, l’idée reste intéressante. Un article de catherine Lalonde dans le Devoir, 6 janvier 2018