Une histoire culturelle de la carte perforée

Avec ironie, les étudiants de Berkeley ont commencé à utiliser des cartes perforées comme un symbole les représentant. (Après tout, c'était, à leurs yeux, la façon dont l'Université les voyait.)
C'était une tentative de réclamer l'autorité investie dans la carte perforée. Après tout, les cartes perforées étaient la partie visible du système bureaucratique qui détenait le pouvoir à l'université. Les gens méritaient au moins les mêmes droits que les cartes perforées. Un étudiant à Berkeley a épinglé un écriteau sur sa poitrine: «Je suis un étudiant UC. S'il vous plaît, ne me pliez pas, ne me brochez pas et ne me mutilez pas "(" Lettre de Berkeley "12, Draper 225)"

Un éditorial accueillant les nouveaux étudiants à université en 1964 suggérait qu'il y avait une petite chance de survivre à l'inscription sans être "Déchiré, mutilé ou broché par une machine IBM"
Au moins une étudiante ressentie qu'elle avait échouée, s'est plainte auprès du bureau d'enregistrement, "je me suis ressenti comme un petit nombre estampillé sur une carte d'ordinateur"

Extrait du "Journal of american culture" : "Ne pas plier, brocher ou mutiler":
Une histoire culturelle de la carte perforée par Steven Lubar

Cette entrée a été publié dans ASCII. Ajoutez en favoris avec ce permalien.